“Le procès Lubanga a permis de susciter des débats sur le recrutement d’enfants en Colombie” – Entretien avec le procureur de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda

bambinisoldato-590x260

Wairagala Wakabi: Si l’on réexamine un autre procès de la CPI qui a créé un précédent, peut-on dire que la condamnation de Thomas Lubanga a dissuadé de recruter et d’utiliser des enfants soldats ?

Fatou Bnseouda: La dissuasion représente une fonction essentielle de l’ensemble de nos procès ainsi que des autres activités de mon bureau.De par sa nature, la dissuasion est impossible à évaluer mais je crois que le premier procès de la Cour, contre M. Lubanga, a eu une incidence importante et durable. Une seule décision de justice peut avoir un impact sur le monde entier. C’est ce que le Secrétaire général des Nations unies a appelé « l’ombre de la Cour ». Par leur impact à l’échelle mondiale, les procès [tels que ceux de la CPI] contribuent à prévenir la violence récurrente.

Le premier procès de la CPI concernait des crimes commis à l’encontre d’enfants. M. Lubanga a utilisé des enfants de moins de 15 ans pour se battre dans ses combats, notamment des jeunes filles, en les utilisant non seulement comme des enfants soldats mais aussi comme des esclaves sexuelles ou domestiques pour les autres combattants. Bien avant le verdict, le procès Lubanga a permis de susciter des débats sur le recrutement d’enfants, en Colombie et au Sri Lanka par exemple, et des enfants soldats ont été effectivement libérés au Népal. La représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés de l’époque (Radhika Coomaraswamy) a immédiatement tenu compte de ce potentiel et a utilisé l’exemple de Thomas Lubanga pour lancer une campagne mondiale et pour obtenir encore plus de libérations.

Au vu de mes interactions avec les autorités de la RDC, on m’a également fait savoir que l’affaire Lubanga a fait prendre conscience de la question des enfants soldats dans le pays, a suscité des débats et a été un avertissement pour les auteurs potentiels de crimes.

Comme dans les systèmes internes de justice pénale, un des rôles de la CPI est la dissuasion. Mais comme dans les systèmes internes, les procès n’élimineront pas nécessairement la commission des crimes mais réduiront leur nombre et dissuaderont les futurs actes criminels.L’absence de responsabilité pour de tels crimes ne fera pas forcément avancer la cause de la dissuasion et de la prévention. (https://www.ijmonitor.org/2016/07/entretien-avec-le-procureur-fatou-bensouda-sur-la-peine-de-m-bemba-sur-le-role-dissuasif-des-condamnations-de-la-cpi-et-sur-les-mesures-destinees-a-ameliorer-lefficacite-du-bureau-du-procureur/)

Morsolin Cristiano, opérateur de réseaux internationaux pour les droits des enfants en Amerique Latine: “merci Madame Fatou pour ce declaration. Moi meme J’ai ecrit le paper “

ENFANTS SOLDATS ET MAFIA DU CONGO A LA SICILE

Enfants, adolescents, ils sont dressés à tuer, enrôlés de force dans la guerre, ou comme très jeunes hommes de main pour la mafia. Une décision de la Cour pénale internationale de La Haye marque une étape” pour le Observatoire Geopolitique de Criminalite OGC de Paris:

http://ogc-veille.info/enfants-soldats-et-mafia-du-congo-a-la-sicile/?pdf=588

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s